Mister Bell

Mister Bell

Cette semaine Quirépond vous fait découvrir Mister Bell, start-up spécialisée dans la diffusion publicitaire sur mobile et tablette. Le principe consiste à aider les marques à gérer leurs campagnes mobiles de façon ciblée, afin de booster leurs chiffres d’affaires. La startup, qui regroupe aujourd’hui une cinquantaine de collaborateurs à travers le monde, a reçu le soutien de Bpifrance. C’est Philippe Lourenço, Président fondateur de Mister Bell, qui répond à nos questions !

 

1 – Pouvez-vous nous présenter Mister Bell? Comment est né le projet ?

logo_MisterBellMister Bell est née en 2010. Je suis entrepreneur dans l’âme. Passionné par la publicité et les technologies, je me suis très rapidement intéressé aux problématiques mobiles, car les enjeux et les usages qui en découlent sont totalement différents de l’ordinateur.

Mister Bell est un pure player de la publicité mobile. Notre ambition est de permettre aux marques d’afficher la bonne publicité à la bonne personne, sur le bon équipement et au bon moment. Pour y parvenir, nous collectons et nous analysons quotidiennement des millions de données mobiles. Grâce à notre plateforme propriétaire, et aux algorithmes que nous avons développés, nous pouvons cibler avec précisions des profils, toujours de façon anonyme, et ainsi garantir à aux annonceurs que leurs publicités s’adressent aux bonnes personnes.

 

2 – Quel sont selon vous les facteurs les plus importants dans la réussite d’une entreprise ? 

Ils sont nombreux, mais je dirai le travail et le goût du risque avant tout. Il faut être prêt à travailler beaucoup, et ne pas avoir peur d’oser. Créer, c’est un défi passionnant, absolument excitant, mais qui vous prend beaucoup de temps et d’énergie, bien plus que ce que l’on peut imaginer en se lançant.

L’autre facteur important selon moi, c’est de savoir s’entourer. Sans mes équipes, je ne peux rien faire. Je mets souvent mes collaborateurs en avant, car ils ont du talent, une expertise pointue et qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes au quotidien. Il y doit y avoir une confiance mutuelle entre eux et moi. Ils ont accepté de me suivre, ou de me rejoindre, dans l’aventure Mister Bell et je trouve à leur côté un surplus d’énergie quotidien.

 

3 – Quelles difficultés avez-vous rencontrées au cours de votre vie d’entrepreneur ? 

Lorsqu’un champion gagne une médaille, on oublie parfois le travail et les sacrifices consentis pour en arriver là. Il en est de même pour l’entrepreneur.

A titre personnel, j’ai parfois l’impression de ne plus avoir de temps pour moi. Un de mes challenges, c’est de parvenir à organiser mon temps quotidien et hebdomadaire, de réussir à être à l’heure à mes rendez-vous, tout en conservant du temps pour moi – et mes proches – afin de rester connecté à la réalité. Si vous ne savez pas gérer votre temps, vous pouvez vous faire bouffer par l’entreprise. C’est pourquoi je garde toujours du temps pour faire du sport : je peux ainsi me vider l’esprit, évacuer le stress et retrouver toute la lucidité qui me permet de garder de la distance sur le travail et de hiérarchiser mes priorités. Non seulement c’est indispensable à mon équilibre physique, mais c’est aussi un excellent défouloir de l’agressivité, un moyen de se booster et une belle école pour surmonter l’échec.

Et puis on se heurte également à des blocages administratifs que l’on aimerait plus simples : Comme de nombreux entrepreneurs, je déplore ce code du travail trop lourd et complexe qui est aujourd’hui un frein à l’embauche. Je vous parlais de l’importance d’être bien entouré. Quand le rythme économique s’accélère, j’aimerais pouvoir embaucher facilement. Mais les décisions doivent également pouvoir être prises rapidement, pour rester compétitif face à des concurrents mondiaux qui sont eux très flexibles. Or, le code du travail actuel freine les entrepreneurs. Il constitue même un désavantage compétitif dans une économie mondialisée.

Ce discours vous le retrouvez dans la bouche des représentants des patrons. Il cache cependant un véritable désarroi personnel, que je pense sans doute partagé par bien d’autres dirigeants : Combien de fois, ai-je regretté d’avoir écourté la période d’essai d’un collaborateur ? Au moindre doute, et parce que le contrat de travail me lie trop fortement, je mets fin à la collaboration tant qu’il est encore temps. Pourtant, avec le recul, je pense que certains salariés auraient mérité d’avoir leur chance et je reconnais que c’est la prudence  qui a dicté ma conduite. C’est une partie du métier extrêmement difficile à gérer.

 

4 – Quels conseils pourriez-vous donner aux futurs entrepreneurs qui lisent notre article ? 

La première chose que je tiens à leur rappeler, c’est à quel point il est bon d’être en France lorsqu’on souhaite entreprendre et créer sa société. Nous bénéficions de nombreux avantages et atouts, ainsi que d’importants soutiens, en particulier dans le secteur des nouvelles technologies.

Créer son entreprise c’est un peu comme sauter dans le vide… sans élastique. Ca peut sembler dingue, mais il ne faut pas hésiter à se lancer, sans avoir peur de l’échec. Et ne surtout pas compter ses heures. Pas la peine non plus d’attendre LA grande idée pour créer son entreprise. Sur chaque marché, il y a de la place pour ceux qui travaillent bien et savent répondre à un besoin client. Regardez, sur le marché de la publicité, des entreprises comme la notre trouvent parfaitement leur place aux côtés des mastodontes comme Facebook et Google.

Ensuite, je pense qu’il convient de bien s’entourer : savoir trouver un associé ou un employé complémentaire est une chose, mais il faut également penser à la correspondance des ambitions. Selon l’âge ou l’expérience, les aspirations ne sont pas les mêmes. Accordez beaucoup de temps et d’attention à trouver le « right guy », vous serez plus forts ensembles.

 

5 – Quel est le business model de Mister Bell?

mister_bell-550x338L’ADN de Mister Bell réside dans la performance et l’efficacité publicitaire des campagnes que nous diffusons. Nous sommes là pour aller chercher des intentionnistes. Comme je vous l’ai précisé précédemment, notre job consiste à afficher la bonne publicité, à la bonne personne et avec le bon message. Dès lors que nous y parvenons, nous facturons alors l’annonceur. Le mode de facturation peut être au clic, à la visite ou à l’installation d’une application. C’est ce que nous faisons au quotidien pour des clients comme Amazon, Nexity, Bouygues Immobilier ou Aviva …

 

 

6 – Quels sont les nouveaux projets et l’actu de Mister Bell pour les mois à venir ? 

L’actualité de la société est chargée. Nous venons de lancer une nouvelle offre que nous avons appelée O4, qui a été spécialement conçue pour répondre aux défis de la publicité programmatique associée à la data mobile.,

bpifranceNotre technologie propriétaire, Mokshaa, permet en effet de faire ‘parler’ les millions d’IFA (Identifiant for Adverstiser) collectées par Mister Bell. Séduite par l’innovation de l’offre, et l’avancée technologique de la plateforme Mokshaa, la Banque Publique d’Investissement (BPI France) a décidé de nous soutenir dans les prochaines années sous la forme d’un prêt innovation à taux 0.

 

 

[spacer color= »E68530″ icon= »fa-check »]

Bio Express de Philippe Lourenço, Président fondateur de Mister Bell

PhilippeLourencoJe suis président fondateur de Mister Bell. Diplômé d’une maîtrise d’Economie et titulaire d’un Master de l’ESG Paris et d’un MBA de l’ESCP, j’ai commencé ma carrière en 2004 chez Ubiqus /Hors Ligne, puis j’ai intégré LSF Network, agence digitale américaine en 2005 en tant que directeur commercial Europe, avant de me lancer et créer Mister Bell en 2010.

Je conseille en parallèle quelques marques dans leur stratégie digitale et des starts up dans lesquelles je suis  investisseur et membre des board..

 

 

 

 

[spacer color= »E68530″ icon= »fa-check »]

 

3 Questions pour mieux vous connaître !

Votre film préféré ?

Planète des singes

Planète des singes

J’ai dernièrement revu la version initiale de la « planète des singes » réalisée par Franklin J. Schaffner en 1968. Au regard de l’avancée fulgurante de la robotique mêlée à l’intelligence artificielle, je trouve ce film effrayant finalement. J’espère que nous ne sommes pas au début de la disparation humaine au profit des robots qui un jour sortiront la saga « la planète des hommes » 🙂

 

 

 

Votre passe-temps favori ?

Je fais beaucoup de marche et je joue au golf. Mais je pratique surtout la boxe thaï depuis huit ans pour me vider la tête régulièrement. Je suis sponsor d’un club, et j’invite mes équipes – qui le souhaitent – à des initiations. Ils se sont pris au jeu, et ça c’est révélé excellent pour la cohésion d’équipe.

La citation que vous préférez ou qui vous caractérise le plus ?

« Gamin, si tu veux apprendre à nager, plonge ! »

[spacer color= »E68530″ icon= »fa-check »]

Quirépond remercie Philippe Lourenço d’avoir prie le temps de répondre à nos questions ! 

 

Donnez votre avis !

0 0
Photo du profil de quirepond
Written by

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lost Password

Please enter your username or email address. You will receive a link to create a new password via email.